Adaptation de Fracassés de Kate Tempest

 

Pièce pour 3 comédiens
Durée estimée : 1h50

Tout public

Création Saison 21/22

 

 

 

Portrait d’une jeunesse en quête de sens.

 

Chaque année Ted, Charlotte et Dan viennent se recueillir en banlieue de Londres dans un parc au pied d'un arbre en la mémoire de Tony, leur ami décédé à l’âge de 15 ans. Cela fait 10 ans. L'occasion pour eux de faire un point sur leurs vies respectives. Entre rêves perdus, amours incertaines et nostalgie, Dan les emmène faire la fête comme au temps où ils étaient ensemble, unis et insouciants.

Wasted est le premier texte dramaturgique écrit en 2011 par Kate Tempest, l'une des poétesses anglaise la plus talentueuse de sa
génération.

 

 

La pièce Wasted est publiée dans la traduction de Gabriel Dufay et Oona Spengler sous le titre français Fracassés par l'Arche Editeur. www.arche-editeur.com

 

©Illustration Mats Gustau


Kate tempest

Kate Tempest est une poétesse, rappeuse et romancière anglaise née en 1985 à Brockley au sud de Londres. Issue d’une famille modeste, elle connaît une adolescence délicate de jeune femme rebelle attirée par la contre-culture.

Kate Tempest développe assez tôt une passion égale pour la littérature et pour le hip-hop. Ses sources d’inspiration sont Samuel Beckett ou William Blake tout autant que le Wu Tang Clan. À l’âge de seize ans, elle débute dans le slam et le spoken word en participant à des scènes ouvertes dans le milieu hip-hop.

En 2012, elle publie un premier recueil de poésie Everything Speaks in Its Own Way. Kate Tempest combine à sa manière ses deux passions et propose en 2013 la lecture de son recueil Brand New Ancients sur fond orchestral. Ce poème épique publié par Picador lui vaut un Ted Hughes Award en 2013.

C’est de manière tout aussi brillante qu’elle sort en mai 2014 son premier disque avec Everybody Down qui sera nominé pour le prix Mercury dans la catégorie premier album.

Elle commence à écrire pour le théâtre en 2011. Ses pièces Wasted (2011) et Hopelessly Devoted (2013) sont créées en Angleterre et publiées chez Bloomsbury Methuen.

Kate Tempest est reconnue dans le milieu de la poésie spoken word pour son style unique et novateur alliant poésie urbaine, rap et storytelling et pour sa présence scénique exceptionnelle lors de ses prestations.

En 2016, Bloomsbury publie son premier roman The Bricks that Built the Houses, et elle sort un nouvel album encensé par la critique, Let Them Eat Chaos.

En octobre 2018, Wasted est traduit et publié par l’Arche Editeur. La première création Française aura lieu à la même date à la Maison de Arts de Créteil par Gabriel Dufay.

Son troisième album The books of traps & lessons sort en juin 2019.


Le Théâtre du Rond Point.

l'EQUIPE

 

 

 

Mise en scène Delphine Battour

Collaboration artistique et Scénographie Mats Gustau

Création Lumière Lucas Samouth

Interprétation Laure Catherin, Nathan Jousni, Cléa Laizé

Création Musicale: Raphaël Mars
Création Vidéo: Clémence Lesné

Chargée de production Aurore Thomas

 

 

Avec le soutien de

Coopération Rennes-Brest-Nantes Itinéraires d'artiste(s)

Théâtre La Paillette (Rennes)

Théâtre L'Aire Libre - Saint-Jacques-de-la-Lande

 

 

 


Les personnages

Kate Tempest à travers sa première pièce, nous livre le tableau d'une jeunesse “fracassées” du début de 21ème siècle. Celle qui a évolué dans un monde fonçant à toute allure, qui écrase ceux qui n'avance pas assez vite. Ted, Charlotte et Dan sont de ceux qui n'avancent plus.

Ted est un jeune homme d'apparence classique. Il a un travail, des projets, une petite copine depuis longtemps, mais ne se sent pas bien, « je suis malheureux Tony (…) je vais nulle part, je suis entouré de débiles (…) les semaines passent, et tous les jours c'est la même merde » Il ne supporte plus son quotidien et la routine dans laquelle ils se sont installés avec sa copine. Ted, est aussi le seul qui était là lors du décès de Tony, nous ne saurons jamais ce qu'il s'est passé en détails, mais l’on comprend que Ted a fait un blocage, une sorte de black out, et garde en mémoire seulement des sensations de sa relation avec Tony «  Toutes ces discussions qu'on a eues, lui et moi, pendant toutes ces années, y'en a pas une dont je me souvienne.»

Charlotte est professeuse dans un établissement de banlieue avec des élèves en difficultés. Elle ne supporte plus la manière dont les autres professeurs-ses les traites, les inégalités de traitement  et l’injustice de

classe. «Ils sont tous tellement blasés (…) ça fait 30 ans qu'ils font ce boulot et ils le détestent sur toute la ligne (…) je suis quasi sûre qu'ils espèrent secrètement que les gamins vont se planter (...)  J’essaie
de me souvenir pourquoi j'ai voulu faire ça au départ. »

Dan est musicienne dans un groupe depuis des années et travaille dans un bar. Elle est à la mode, se drogue régulièrement, gravite dans le milieu artistique underground londonien et espère percer avec son groupe ; atteindre la gloire «  A chaque fois je me met à fantasmer sur mes concerts à guichets fermés, alors que je joue la même putain de mélodie depuis des années. ». Elle est follement amoureuse de Charlotte, qui lui apporte un certaine rationalité et stabilité dans son quotidien.

Tony, leur ami décédé, représente le fantasme de leur jeunesse adolescente, ces moments où ils avaient encore des rêves et l’envie profonde de les réaliser. Aujourd'hui, tous ont l'air de subir leurs vies, sans véritablement oser mettre fin à leurs problèmes. Ils sont emprisonnés dans l'effervescence Londonienne, et n'arrivent plus à penser, à réagir.


Note d'intention

Pour ce nouveau projet, j'ai envie de monter une pièce qui traite de la jeunesse, des questionnements et craintes que peut avoir la génération actuelle. Celle qui se trouve dans la phase post-étude, qui entre dans la vie adulte mais qui ne répond pas encore à des obligations familiales. J'ai envie de pouvoir représenter ces instants d’introspection qui permettent à chacun de revenir sur sa mémoire personnelle.

Le monde va vite, rare sont les moments où l’on arrive à prendre le temps de penser. Nous vivons sous tension, dans une société en constante croissance ; il faut travailler, donner toujours plus. Dans cette folle cadence, il est difficile de s’arrêter et d’avoir un certain recul sur sa vie.
Est-on véritablement rendu heureux par les choix que l’on fait ?


En découle un fort besoin de décompresser, de voir autre chose, de tout lâcher, de faire la fête de manière intense. Mais qu’est-ce qui nous amène alors à vouloir oublier notre semaine, notre quotidien, dans la folie salvatrice du week-end et de ses fêtes? N’avons nous pas perdu nos possibilités de de rêver, d’y croire?

Se dire que c’est encore possible, que nous pouvons malgré tout, faire bouger les choses.

 

Ne plus subir.

C'est donc ce cri, que j'entends dans Wasted. Ce besoin d’exprimer une réalité sociale actuelle, un besoin de faire réagir, un besoin de reprendre le dessus sur nos vies.

La musique sera forte.

La place de la fête et de la musique va être importante à l’intérieur de la pièce. Je vais collaborer avec un/e artiste musicien/ne afin de pouvoir créer ensemble une bande son originale, entre rap et électro. Pour cela je vais puiser dans la culture électronique, afin de pouvoir venir souligner notamment les cinq choeurs. Je décide de garder le texte en langue originale pour les parties chorales. Grâce à la création sonore, nous allons essayer de travailler le Spoken word, l’art oral typique de Kate Tempest. J’ai envie de travailler la mécanique de la langue anglaise, et l’accent du sud de Londres de l’artiste.

Le moment que j'attends certainement le plus au travail, est la scène de danse dans le hangar. L’instant où la «  petite pilule  » fait son effet, et déclenche la désinhibition et une sensibilité plus forte aux autres et à son environnement. C'est alors un moment de grande communion mélangé à une intense solitude intérieure. J’imagine cette scène comme le moment central de la pièce. Nous allons essayer d’atteindre ce moment de transe y mêlant musique et danse afin de souligner ce grand rituel païen qu’est la fête.  
Ma seconde collaboration sera avec un/e chorégraphe, afin de pouvoir mettre en mouvement ce grand moment d'extase dans lequel l'individualité de chacun va se révéler. Une de mes sources d’inspiration qui viendra nourrir la création de cette scène est le spectacle de Gisèle Vienne Crowd, pour la puissance chorégraphique et la charge narrative qu’incarnent chacun de ses danseurs.

La lumière sera rose/bleue/verte/jaune, très tranchée, à la manière de Gaspard Noé dans Climax pour faire ressortir la magie et l’animalité de cet instant.

Pour cette pièce, j’ai également l’envie de faire appel à un/e vidéaste afin de pouvoir représenter Ted, Charlotte et Dan buvant des verres dans les rues de Londres, dans un parc, faisant la queue avant d’entrer dans le hangar, dans le but d’y faire apparaître le bouillonnement des nuits londoniennes.
J’aimerais que ces images soient des
images filmées au téléphone afin de donner

l’impression que ces vidéos proviennent directement des personnages. Pour cette scène, je m’inspire du procédé technique employé dans le court métrage Je ne t’aime pas de Tommy Weber.

Je veux que cette pièce soit une expérience de communion pour tous ceux et celles qui pourraient se reconnaître dans les personnages de Ted, Charlotte ou Dan, afin de partager un moment cathartique, de vivre ensemble ce spleen du 21ème siècle et de pouvoir se laisser emporter par la poésie de Kate Tempest.

 


Delphine Battour
Juin  2019


résidences

Du 14 au 18 janvier 2020: Résidence à la table, La Paillette, Rennes.

Du 20 au 24 juillet 2020: Résidence dramaturgique, Théâtre L'Aire Libre, Saint-Jacques-de-la-Lande

 

Dans le cadre d'Itinéraires d'Artiste(s), Coopération Rennes - Brest - Nantes:

 

Du 24 au 28 août 2020: Au Bout du Plongeoir, Thorigné-Fouillard.

DU 17 au 21 novembre 2020: Chapelle Dérézo, Brest

Du 7 au 13 décembre 2020: Fabrique Chantenay, Nantes